Diagnostic de diabète sans stress

Faire face au changement, l’accepter et s’y adapter

Diagnostic de diabète sans stress

Sortir du cabinet du médecin avec un diagnostic qui change la vie exige une grande force. De nombreux diabétiques nouvellement diagnostiqués vivent un parcours émotionnel complexe tandis qu’ils modifient du tout au tout la vie qu’ils connaissaient et naviguent en eaux inconnues, sans connaître l’avenir.

Le diagnostic de diabète exige des concessions sur la vie menée auparavant, et déclenche une forme de processus de deuil. Faites preuve de compassion envers vous-même ou votre proche diabétique pendant l’adaptation à la nouvelle vie.

Développer des stratégies d’adaptation saines, renforcer l’autosuffisance et s’entourer de systèmes de soutien positifs diminue la détresse que provoque le diabète et favorise le succès de la gestion de la pathologie.

La détresse des diabétiques

La détresse causée par le diabète englobe le fardeau émotionnel du diabète et sa gestion temporelle. Les piqûres quotidiennes au doigt, la surveillance de la glycémie et la prise d’insuline ne constituent que les facteurs de stress pratiques de la gestion du diabète. L’aspect le plus triste de cette détresse est peut-être le fait d’éviter les voyages ou les activités préférées par crainte d’une crise de diabète.

Bien qu’il s’agisse de facteurs de stress compréhensibles, une détresse accrue du diabète accroît le risque de mauvaise gestion de la maladie, de diminution de la qualité de vie et de complications liées au diabète.

La perception est la réalité

La perception de la gestion de la maladie interfère avec nos activités quotidiennes, ce qui pèse sur le degré de réussite de notre action. Une plus grande détresse liée au diabète, une plus grande perception de la gravité de la maladie et un sentiment d’auto-efficacité plus faible sont tous associés à un moindre contrôle de la glycémie.

En revanche, les traits de bien-être psychologique que sont l’optimisme et la positivité sont associés à de meilleurs résultats médicaux, comme le contrôle de la glycémie et des taux de mortalité plus faibles.

Système de soutien

Lorsqu’un enfant ou un adolescent reçoit un diagnostic de diabète de type 1, toute la famille peut être sous le choc, en détresse et parfois en colère. Si votre proche a été diagnostiqué, la clé est d’adopter un rôle de soutien et de promotion de la santé une fois que vous avez surmonté ces émotions complexes.

Parmi les diabétiques, le soutien de la famille et des amis est synonyme d’amélioration significative de l’attitude à l’égard du diabète, des soins personnels et du contrôle de la glycémie. Les objectifs et les interventions mis en œuvre en couple ou en famille sont utiles pour maintenir des comportements sains.

La nuance délicate à respecter est de soutenir votre proche en encourageant l’adoption de sains comportements – sans recourir à la peur, la honte et la culpabilité comme motivatrices. Coopérez pour fixer des objectifs atteignables selon son horaire, afin de favoriser un plus grand sentiment d’accomplissement et d’auto-efficacité.

Atteindre l’acceptation

La thérapie de pleine conscience fondée sur l’acceptation par les nouveaux diagnostiqués de diabète sert à sortir d’un style d’adaptation évitant. Parmi les adultes diabétiques de type 1, la thérapie fondée sur l’acceptation s’est révélée apte à améliorer la souplesse émotionnelle, à réduire la détresse liée au diabète, de diminuer les symptômes de troubles alimentaires et d’améliorer l’autogestion du diabète.

Enfants et adolescents bénéficient également des approches fondées sur la pleine conscience. Des adolescents atteints de diabète de type 1 et souffrant de troubles de l’alimentation qui ont participé à un programme d’autocompassion de huit semaines ont signalé une baisse du sentiment de solitude, un renforcement de la pleine conscience et de meilleures ressources d’adaptation liées à la maladie.

L’éducation sur le diabète fondée sur l’acceptation et la pleine conscience diminue la détresse liée au diabète et la glycémie, permet de promouvoir l’autogestion, améliore la qualité de vie et encourage un sentiment d’autonomie parmi les adultes atteints de diabète de type 2.