La valorisation corporelle…

… et la santé

La valorisation corporelle…

La valorisation corporelle a déferlé sur le pays. L’acceptation de notre corps, même en l’absence de correspondance aux idéaux culturels de taille, s’est métamorphosée en un mouvement massif. Contrairement à l’obsession des « imperfections », les experts des médias sociaux, les stars, les cinéastes et les écrivains se réconcilient avec leur cellulite, soulignent leur couleur de peau et apprécient leur taille et leur forme naturelles.

La recherche corrobore la notion que ces influences sont bénéfiques à la santé émotionnelle. Ainsi, une étude de 2019 a établi que le visionnement momentané de publications Instagram positives pour le corps présentait un lien avec la satisfaction corporelle, l’appréciation du corps et une humeur optimiste, par rapport à l’exposition à des publications idéalistes sur la minceur et neutres au plan de l’apparence parmi les femmes de 18 à 30 ans visées par l’étude.

L’American Psychological Association a découvert en 2016 que les femmes éprouvent moins de mécontentement corporel depuis les 30 dernières années. Les auteurs de l’étude estiment que les illustrations médiatiques de l’appréciation et de la diversité corporelles puisent partiellement leur source de cette remontée graduelle de la satisfaction corporelle.

Trop d’amour?

Prenez exemple sur les influenceurs des médias sociaux comme la fashionista de l’acceptation pondérale de 379 livres (poids précédent), Maui Bigelow : s’accepter comme on est peut constituer un sentiment merveilleux — mais votre santé doit tout de même être prise en compte. En 2017, Maui Bigelow a été diagnostiquée avec un cancer du sang et de multiples fibromes utérins. Ce constat l’a amenée à subir une chirurgie de perte de poids, seul moyen de bénéficier d’un traitement pour ces pathologies.

Aishah Muhammad, médecin et entraîneure privée établie au Royaume-Uni, redoute que certains adeptes du mouvement soient également confrontés à des troubles de la santé. « Je me soucie du fait que le mouvement de valorisation corporelle étouffe les discussions saines qui portent sur l’idée qu’un IMC ou une corpulence élevés exposent certaines personnes à une foule de problèmes comme les maladies cardiovasculaires, le cancer et les affections inflammatoires », déclare la Dre Muhammad. « Cela ne signifie pas qu’une personne corpulente sera atteinte de ces troubles, mais des recherches prouvent l’existence de liens entre la taille du corps et la maladie », poursuit la Dre Muhammad, qui ajoute qu’une attitude positive envers son corps passe par la consommation d’aliments nutritifs et l’exercice physique.

La vision de soi — au-delà de l’image dans le miroir

Kyla Fox, thérapeute clinicienne, estime que la beauté vient « de l’intérieur ». « La beauté, c’est vivre – vivre vraiment », explique-t-elle. « Et la meilleure façon de déterminer la beauté est de constater à quel point une personne est vivante, passionnée et honnête. Voilà ce que j’entends par « de l’intérieur »; la beauté se manifeste partout lorsqu’elle se produit en son for intérieur. »

Selon Mme Fox, se sentir parfaitement à l’aise, c’est accepter ce que nous sommes — et ne sommes pas — et nous atteignons ce confort au fil du temps grâce à notre croissance personnelle. Apprendre à dire non, développer la faculté de se servir de sa propre voix, ne pas craindre ce que l’on veut, surmonter les moments de désagréments et connaître des expériences qui nous transportent au plus haut niveau, voilà autant d’exemples.

Suivre des modèles de corps positifs sur les médias sociaux renforce ce sens de soi et nous fait prendre conscience (selon les personnes suivies) que notre apparence est un aspect seulement de l’image reflétée par nous-mêmes.